Les huiles essentielles hormone-like sont très intéressantes en aromathérapie, notamment pour la sphère uro-génitale et gynécologique. Si leur utilisation peut être très efficace, elle comporte également un nombre important de précautions d’emploi et de contre-indications

Une huile essentielle dite hormone-like stimule naturellement la sécrétion de certaines hormones dans le corps.

Par exemple, l’huile essentielle de Sauge Sclarée (Salvia sclarea) aura une action douce mais intense sur la production d’oestrogènes car elle contient du sclaréol, une molécule de la famille des sesquiterpénols qui est reconnue pour ses actions sur les oestrogènes. L’huile essentielle de fenouil doux contient quant à elle du trans-anethol, un éther oestrogène-like également.

Utilisation aromathérapeutique

En aromathérapie, nous utilisons les huiles essentielles à action hormonale lors de déséquilibre dans les cycles menstruels (irrégularité, dysménorrhées, aménorrhées, métrorragies, ménorragies), lors de maux liés à la ménopause (bouffées de chaleur, émotions fragiles, circulation veineuse et lymphatique difficile, etc…) et également pour harmoniser dans les périodes de changement où le corps de la femme peut être chamboulé (adolescence, pré/post-partum, ménopause,…).

Par ailleurs, les messieurs pourront aussi profiter des bienfaits des huiles essentielles hormone-like pour stimuler leur fertilité et leur production de testostérone. (Bois de Siam, Fokienia Hodgensii)

En dehors de la sphère uro-génitale, il est possible de stimuler la production de cortisone avec l’huile essentielle d’épinette noire (picea mariana). C’est particulièrement intéressant dans le cas de pathologies chroniques, afin d’améliorer l’action anti-inflammatoire de la cortisone produite naturellement dans le corps.

Si ces huiles essentielles ont des vertus extraordinaires, il convient de respecter certaines précautions d’emploi.

En cas de grossesse

Les hormones étant déjà élevées lors de la grossesse, et sécrétées en très grand nombre, il n’y a pas de sens à en rajouter par le biais d’huiles essentielles. De plus, des oestrogènes présents en trop grande quantité en fin de grossesse pourraient provoquer des contractions utérines et par conséquent, un accouchement prématuré. Il existe plusieurs huiles essentielles compatibles avec la grossesse mais uniquement avec le suivi d’un aromathérapeute certifié.

Lors de cancers hormonaux-dépendants

Les huiles hormone-like sont interdites en cas de cancers hormonaux dépendants, et même en cas de rémission. Les hormones sont sensibles et peuvent être sécrétées en grande quantité et en cas de fragilité, il est inconscient de jouer avec le feu en utilisant des huiles essentielles ayant une influence sur elles. Il convient également d’être prudent en cas de mastose et de kyste mammaire (Huiles essentielles hormone-like et Huile essentielle de Cyprès, cupressus sempervirens, dont le manol est déconseillé en cas de mastose).

Voici quelques huiles essentielles hormone-like :

  • Sauge Sclarée
  • Sauge Officinale (NEUROTOXIQUE)
  • Romarin Verbénone
  • Vétiver
  • Fenouil doux (NEUROTOXIQUE)
  • Anis Vert (Stupéfiant à haute dose)
  • Anis Etoilé (Stupéfiant à haute dose)

Pour la peau

On utilisera facilement les huiles essentielles hormone-like lorsque les problèmes ont un lien avec le cycle menstruel comme par exemple, l’acné en phase pré-menstruelle.

En cas d’irrégularité dans la production de sébum, en association avec les huiles essentielles hormone-like, les huiles essentielles de Cèdre (Cédrus Atlantica), d’ylang-Ylang (Cananga odorata), de Petit grain Bigarade (Citrus Aurantium Aurantium feuille) se révèleront être très efficaces.

Lors de la ménopause, on pourrait observer également un assèchement de la peau et des muqueuses qui pourra, dans la mesure où aucune contre-indication n’est présente (cancer), être régulé par les huiles hormone-like, notamment grâce à l’huile essentielle de sauge sclarée (salvia sclaréa). Associée à l’huile essentielle de Bois de Santal (Santalum Album), nous auront en plus une action anti-infectieuse sur la muqueuse vaginale, pour éviter les cystites provoquées par l’irritation de la muqueuse génitale.

La transpiration peut également être perturbée par un dérèglement hormonal et l’ajout d’huile essentielle spécifique pourra rendre votre déodorant encore plus efficace.

Avant toute utilisation d’huile essentielle à action hormonale, il est nécessaire de s’adresser à un aromathérapeute afin de pouvoir faire une anamnèse complète pour s’assurer qu’il n’y aucune contre-indication à leur emploi.

Professionnelle de la dermo-cosmétique naturelle, Lise Jeanbourquin est également thérapeute en Fleurs de Bach et aromathérapie.