Sélectionner une page

Le zona est une dermatose virale fréquente, due au virus de l’herpes zoster (VZV), le même virus que la varicelle. Environ une personne sur 3 en développera un zona à un moment ou un autre de sa vie. La plupart des personnes atteintes d’un zona ont entre 50 et 70 ans, mais cela peut se produire à n’importe quel âge.

L’éruption peut être précédée de quelques jours par des douleurs sur la future zone concernée. Les lésions sont typiquement unilatérales. Elle se présente sous forme de papule ou vésicules. Les papules sont en « bouquet » groupe de papules et se trouvent le long de la ligne des nerfs. C’est le virus qui se trouve dans les ganglions des nerfs.

Ces pustules peuvent démanger et dans la plupart des cas sont très douloureuses parce que le nerf est impliqué. Cette douleur peut persister après la cicatrisation des papules, on les appelle les douleurs post-zostérienne qui concerne un cinquième des patients.

Phase active

L’éruption cutanée produit de très petites vésicules rouges, remplies de liquide. Pendant quelques jours, l’éruption s’étend, mais à un degré différent chez chaque personne. L’éruption survient généralement sur un côté du tronc de la personne, sous forme d’une bande de vésicules allant du milieu du dos jusqu’au sternum, en passant par un côté de la poitrine. Les vésicules se rompent et se dessèchent, puis sont recouvertes d’une croûte.

Causes

  • infection au VIH
  • cancer
  • lupus
  • diabète de type 2
  • greffe de foie
  • usage de corticostéroïdes
  • âge

Lorsque le système immunitaire est affaibli, les symptômes sont plus marqués et l’éruption cutanée plus grave, les lésions prennent plus de temps à guérir et laissent parfois des cicatrices. Le virus peut également envahir d’autres organes, mais c’est rare chez les personnes dont le système immunitaire est sain.

Types de Zona

Les trois principales formes de zona sont la forme intercostale, notable par sa fréquence, et les formes ophtalmique et otitique, remarquables par le risque important de complications.

Zona intercostal

  • Intercostal: Il correspond à la réactivation du VZV au niveau d’un ganglion sensitif d’un nerf intercostal. Il arrive que plusieurs racines nerveuses soient touchées simultanément
  • Ophtalmique: Le zona ophtalmique, en absence de soins, peut altérer la qualité de la vue en raison de l’atteinte de la cornée.
  • Otitique:  C’est une forme très particulière, due à la réactivation du VZV dans le ganglion géniculé et qui touche par conséquent le nerf facial (VIIème paire crânienne), un nerf essentiellement moteur avec donc un risque de paralysie faciale.

Dans notre article nous allons aborder le Zona intercostal qui est le plus fréquent. (50% des cas)

Diagnostique

L’éruption cutanée du zona est très caractéristique, et par conséquent facile à diagnostiquer. Si nécessaire, le médecin peut prélever un échantillon du liquide dans les vésicules et demander une analyse pour rechercher le virus de la varicelle-zona.

Contagiosité

Etant donné que les vésicules et les croûtes du zona, de la même façon que celles de la varicelle, contiennent le VZV, il existe un risque contagieux pour les personnes non immunisées (c’est à dire celle qui n’ont jamais fait la varicelle) : ces personnes peuvent alors développer une varicelle (et non un zona qui est une réactivation interne d’une varicelle ancienne).
Pour un malade atteint du zona, les personnes à éviter sont donc les très jeunes enfants et les femmes enceintes, ainsi que les personnes immuno-déprimées chez qui une varicelle pourrait avoir de graves conséquences

Complications

  • surinfection
  • névralgie postherpétique

 

Traitement interne

Les médicaments antiviraux (par ex. l’acyclovir*, le valacyclovir et le famciclovir) offrent la meilleure efficacité possible s’ils sont commencés au cours des 72 premiers heures de l’éruption causée par le zona. Ces médicaments permettent de réduire au minimum l’étendue de l’éruption ainsi que de réduire au minimum la douleur qui l’accompagne. Les vésicules forment plus rapidement des croûtes et guérissent plus vite. Les médicaments antiviraux peuvent également contribuer à la diminution du risque d’apparition de douleurs chroniques dues au zona.

Traitement local Naturel

Pour diminuer le risque de surinfection, calmer les lésions et aider la cicatrisation vous pouvez appliquer le soin suivant:(antiviral, antibactérien et calmant)

Pour 10ml:

  • 8.5ml Huile de Tamanu
  • 15 gouttes de Ravintsara
  • 7 gouttes de Lavande Vraie
  • 7 gouttes de Camomille Allemande
  • 3 gouttes de Vitamine E

Appliquez lors des douleurs et démangeaisons mais en tout cas trois fois par jour jusqu’à la disparition des lésions.