Sélectionner une page
Quel liniment choisir?

Quel liniment choisir?

Le liniment est assez nouveau en Suisse mais utilisé depuis longtemps en France surtout pour changer les couches des bébés.

Mais qu’est-ce que c’est ce le liniment?

Le liniment est un mélange d’eau de Chaux avec de l’huile végétale. Ce sont ces deux ingrédients principaux qui font la base de tous les liniments.

Ensuite vient les différentes sortes. Il y a des liniments qui contiennent un émulsifiant pour les stabiliser et c’est souvent la cire d’abeille en tout cas dans les liniments naturels. Un liniment avec de la cire d’abeille est excellent pour nettoyer les fesses des bébés grâce aux vertus protectrices de la cire.

Par contre il n’est pas recommandé comme démaquillant parce que la cire d’abeille est occlusive

Quelles huiles végétales pour le liniment?

Toutes les huiles végétales ne sont pas égales pour fabriquer un liniment. Il faut choisir des huiles qui ont un indice de saponification d’environ 190 à 195

Les huiles que vous pouvez utiliser sont:

  • Huile de Sésame
  • Huile d’Abricot
  • Huile d’Argan
  • Huile de Carthame
  • Huile de Bourrache

Originellement il est fabriqué avec de l’huile d’Olive qui a aussi le même indice. L’indice de saponification est important pour que la réaction entre l’eau de chaux et l’huile se fasse. ce processus est la saponification (c’est la même réaction que pour fabriquer un savon) et cela donne le liniment. Tout comme un savon, il permet d’éliminer les impuretés tout en laissant un film protecteur sur la peau.

Le liniment est un nettoyant doux mais comme un savon il a un pH basique il est donc recommandé d’utiliser un hydrolat après chaque utilisation.

Personnaliser le liniment, quelles huiles essentielles?

Il n’est pas nécessaire d’ajouter de l’huile essentielle dans le liniment mais ceci est tout à fait possible de l’ordre de 1%.

Vous pouvez y ajouter:

  • Lavande Vraie (peaux mixtes)
  • Géranium Bourbon (peaux mixtes et matures)
  • Camomille Matricaire (peaux sensibles, rougeurs)

Quand est-ce que je dois nettoyer ma peau au liniment?

Il faut nettoyer sa peau matin et soir.

Le matin

Le liniment sert à enlever les peaux mortes accumulées la nuit. Durant la nuit on a tendance à transpirer et mélangé au sébum les peaux mortes vont boucher les pores. Une peau propre est aussi mieux préparée à recevoir son soin aux huiles végétales.

Le soir

Enlever le maquillage, nettoyer les impuretés accumulées durant la journée (pollution, poussières etc…)

Comment utiliser sont liniment?

  • Agitez votre flacon de liniment oléo-calcaire,
  • Étalez un peu de liniment sur un coton ou une  lingette lavable, (vous pouvez également l’étaler directement du bout des doigts sur votre visage)
  • Passez ce coton imbibé doucement et sans frotter sur l’ensemble du visage, y compris les yeux
  • Vaporisez ensuite l’hydrolat de votre choix sur votre visage
  • Passez un dernier coton pour éliminer les impuretés, répétez si besoin si le coton est encore sale
  • Pour finir appliquez votre soin : l’hydrolat prépare la peau à l’application des sérums huileux qui seront d’autant mieux absorbés si la peau est humide. Cependant pour les peaux sensibles, réactives, intolérantes ou sèches, il faudra impérativement sécher votre peau après l’application de l’hydrolat.

 

Notre liniment est spécialement conçu pour être un démaquillant et nettoyant hors pair et qui convient à toutes les peaux. Il ne contient aucun émulsifiant est à base d’huile de Sésame désodorisée.

Achetez le votre ici
Déchiffrons le Dexeryl un émollient pour les peaux sèches

Déchiffrons le Dexeryl un émollient pour les peaux sèches

Je pense que 90% d’entre vous ont entendu parler du Dexryl et probablement vous êtes nombreu (ses) x à avoir reçu une ordonnance de votre médecin ou pédiatre. Il est aussi souvent conseillé par les pharmacies.

Indications selon le Compendium suisse:

La crème Dexeryl est utilisée dans le traitement des états de sécheresse cutanée de certaines dermatoses (maladies de la peau), par exemple des états ichtyosiques (peau sèche qui pèle).

Composition du Dexeryl:

100 g de crème Dexeryl contiennent 15,0 g de glycérol, 8,0 g de vaseline et 2,0 g de paraffine liquide comme principes actifs, ainsi que du parahydroxybenzoate de propyle (conservateur, E 216), du macrogol 600 et d’autres excipients.

Cette crème est approuvé par Swissmédic et donc considéré comme thérapeutique et non cosmétique.

Analyse des ingrédients:

  • Glycérol: Humectant
  • Vaseline: INCI: Petrolatum ingrédient synthétique dérivé du Pétrol
  • Parrafine liquide: Paraffinum Liquidum ingrédient synthétique dérivé du Pétrol
  • Parahydroxybenzoate de propyle: Conservateur
  • Macrogol : Polyethylene glycol (PEG): Emollient Synthétique
  • Autres Excipients: Inconnu

La Fonction du Dexeryl

Le rôle du Dexeryl est de renforcer la barrière de la peau grâce au Pétrolatum et Paraffinum. Ces deux substances agissent comme un film sur la peau pour empêcher la déshydratation de la peau.

Est-ce que le Dexeryl est remboursé en Suisse?

Oui et c’est pour cette raison qu’il est prescrit très fréquemment.

Alors quel est le problème avec le Dexeryl?

Le premier problème:

Le Dexeryl agit comme barrière et maintient l’hydratation, c’est ce que ma peau à besoin vous me dites. Sur le principe je suis d’accord avec vous, mais qu’est ce qui se passe quand la crème s’enlève de votre peau?

La peau est à nouveau sèche et il faut à nouveau en appliquer et vous entrez dans un cercle vicieux parce que la peau a perdu sa fonction de barrière protectrice et le problème n’a pas été résolu, le symptôme a été traité mais pas la cause.

En gros c’est un bouclier synthétique et dès que le bouclier s’en va ce que l’on voulait protéger reste vulnérable et faible.

Il faut offrir un bouclier naturel à la peau et l’aider à être plus performante en la renforçant!

Le deuxième problème et le pire à mes yeux

Les ingrédients à éviter!!!

Le ingrédients utilisés dans cette crème sont à base de prétrol (Vaseline, Paraffine). Ce médicament contient également parahydroxybenzoate de propyle et du macrogol 600 et peut provoquer des réactions allergiques (éventuellement retardées)

Effets secondaires selon le compendium

Les effets indésirables observés lors du traitement des états ichtyosiques sont essentiellement cutanés (urticaire, rougeurs et démangeaisons) et occasionnels (moins d’un patient sur 100, mais plus d’un patient sur 1000).

Lors de l’utilisation du produit dans le traitement de la sécheresse cutanée, il a également été rapporté des cas d’eczémas.

Conclusion

Ce médicament est gratuit avec ordonnance ou il peut être acheté en pharmacie pour moins de 10 CHF MAIS en lisant toutes ces informations est-ce que vous êtes tentés?

Alternative naturelle

La meilleure solution pour soigner les problèmes de peau est de soigner la cause du problème et non de le masquer.

Les huiles végétales protectrices

Les huiles végétales vont non seulement faire un effet de barrière mais également donner à la peau les actifs et acides gras nécessaires pour retrouver son équilibre et mieux se défendre contre les agressions externe. Les huiles à privilégier sont les beurres des tropiques par exemple:

  • Le beurre de Karité
  • Le beurre de Cacao
  • L’huile de Noix de Coco

Vous pouvez également ajouter des huiles essentielles pour calmer les démangeaisons et diminuer le risque de surinfection.

Alimentation

Choisissez des aliments riches en acides gras et hydratez vous en buvant suffisamment d’eau. Si il y a un terrain allergique un naturopathe pourrait également vous soutenir dans cette démarche.

Voici deux produits que je pourrais recommander:

Unique

Sans huiles essentielles donc convient aux femmes enceintes et enfants

 

  Soins aux huiles végétales pour les peaux sèches à très sèches

Ingrédients:

Butyrospermum parkii shea butter*(Beurre de Karité raffiné), Cocos nucifera oil*(Huile de Noix de Coco), Simmondsia chinensis seed oil*(Huile de Jojoba Bio), Tocopherol (Vitamine E), (Hélianthus annuus), *ingrédients issus de l’agriculture biologique

Acheter

Calme pour les peaux irritées (Convient dès l’âge de 5 ans)

Soins pour les peaux irritées aux huiles essentielles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ingrédients:

Butyrospermum parkii shea butter* (Beurre de Karité raffiné), Cocos nucifera oil* (Huile de Noix de Coco), Simmondsia chinensis seed oil* (Huile de Jojoba Bio), Pelargonium graveolens oil* (Géranium), Cedrus atlantica oil* (Cèdre Atlas), Tocopherol, (Hélianthus annuus), Melaleuca alternifolia oil* (Tea Tree), Lavandula angustifolia oil* (Lavande), Citral, Citronellol, Coumarin, Geraniol, Limonene, Linalool *ingrédients issus de l’agriculture biologique

Acheter

 

Et vous qu’en pensez-vous? Quelles sont vos expériences?

 

 

Attention à la nouvelle norme « BIO », une tromperie du consommateur!

Attention à la nouvelle norme « BIO », une tromperie du consommateur!

Norme ISO 16128

Retenez bien ce nom: ISO 16128. Cette nouvelle norme internationale concernant les produits naturels ou bio est au cœur d’une polémique grandissante qui agite le secteur cosmétique. « Suite à sa publication, des produits contenant des ingrédients chimiques et polluants pourront légalement se revendiquer bio » dénonce un collectif composé d’associations et de professionnels du bio , à savoir Générations Cobayes, Générations Futures, WECF, les Naturalistas et Cosmébio qui représente 450 marques. « Une tromperie pour les consommateurs » s’inquiète ce collectif dans un communiqué alors même que la Fébéa, la fédération des entreprises de beauté, a choisi le même moment pour indiquer se réjouir « que les acteurs internationaux de la cosmétique parlent désormais tous le même langage. »

« Ce n’est pas l’idée d’une norme internationale qui pose un problème, c’est le manque de clarté » précise Pierre Charlier de Chily, administrateur et secrétaire de l’association COSMOS AISBL, le label européen regroupant notamment les français Cosmébio et Ecocert, l’allemand BDIH ou encore le britannique Soil Association. Pierre Charlier de Chily était le représentant COSMOS, sans droit de vote, dans le groupe de travail sur la norme ISO.

Une première partie de cette norme publiée en 2016 définissait quatre types d’ingrédients: les ingrédients biologiques, les dérivés biologiques, les naturels et dérivés naturels. Et déjà là, les désaccords étaient nombreux. « Si un ingrédient est composé d’une partie naturelle à 51% et d’une partie pétrochimique à 49%, peut-on vraiment dire qu’il est dérivé naturel? » s’interroge Pierre Charlier de Chily. Les dérivés naturels sont en effet issus de réactions chimiques à partir de matières premières et dans la norme ISO, les ingrédients dérivés du naturel peuvent contenir jusqu’à 49% de matières premières issues de la pétrochimie selon Pierre Charlier.

Pas de liste noire des ingrédients

La deuxième partie de cette norme vient d’être publiée et ne pose pas moins de problème selon ce même collectif. Il s’agit ici de la méthode de calcul pour déterminer la contribution de chaque type d’ingrédients dans le produit final et ainsi la part naturelle ou biologique dans le cosmétique que tout un chacun peut acheter. Un mode de calcul mais aucun seuil n’est fixé pour savoir à partir de quand on peut parler de cosmétique naturel ou de cosmétique bio, contrairement aux cahiers des charges établis depuis de nombreuses années par les labels.

Autre grief: l’absence de liste noire qui interdirait l’utilisation de certains ingrédients dans le cosmétique. La norme ISO tolérerait donc « la présence de composants controversés dans les formulations, comme le phénoxyéthanol, les parabènes, les silicones ou les dérivés d’animaux morts. » De quoi ouvrir « la boîte de Pandore » selon Romain Ruth, le président de Cosmébio, qui craint aussi le flou qu’engendrerait la norme auprès du consommateur et la « créativité marketing » des entreprises.

Mais pour Anne Dux, directrice des Affaires scientifiques et réglementaires et chargée des relations européennes de la FEBEA, les responsables « des labels génèrent une fausse inquiétude ». « Ils sont inquiets à propos des allégations mais la norme ne s’occupe pas du tout de cette question » assure-t-elle en rappelant que la norme « ne dit pas si un produit est biologique ou non » mais seulement quelle est sa part naturelle ou biologique.

Ne vous faites pas avoir par la nouvelle norme ISO

Appel à la vigilance

Et de rappeler qu’en France, l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité donne la définition d’un cosmétique naturel et d’un cosmétique biologique.

Le premier est qualifié comme tel « si le produit fini contient un minimum de 95% d’ingrédients définis comme naturels ou d’origine naturelle ».

Le deuxième doit remplir une de ces trois conditions: contenir « 100% d’ingrédients certifiés issus de l’agriculture biologique », avoir été « certifié biologique par un organisme certificateur » ou avoir été élaboré « selon un cahier des charges publié, ayant un niveau d’exigence, en termes de composition et de teneur en ingrédients certifiés issus de l’agriculture biologique, équivalent au(x) niveau(x) d’exigence requis par les organismes certificateurs ».

Une définition qui n’est pas une réglementation selon Valérie Lemaire, directrice générale d’Ecocert Greenlife, Ecocert étant un organisme de certification s’occupant notamment de produits cosmétiques bio. « La norme n’est qu’un indice. On pourrait mettre tout ce qu’on veut dans un cosmétique, avec seulement X pourcents d’ingrédients bio et indiquer sur l’étiquette ‘je respecte la norme ISO 16128 sur les produits naturels et bio' » craint-elle, même si ce n’est pour l’heure que pure  conjecture.

A tel point qu’Ecocert a sollicité en juin la direction des fraudes (DGCCRF) pour connaître son interprétation de la norme. Et attend encore une réponse. Autre crainte: la manière dont sera utilisée cette norme à l’international.

Tout va donc dépendre de la manière dont cette norme sera exploitée par les entreprises. Et cela reste à l’heure actuelle la grande inconnue. D’où cet appel à la vigilance du collectif. Et pour les consommateurs? Si les adeptes des labels bio ne changeront sûrement pas leurs habitudes, pas sûr que la norme ISO facilite vraiment la lisibilité des étiquettes pour les autres…

Article de Valérie Xandry de www.challenges.fr

Les labels dont vous pouvez avoir confiance sont, il y en a d’autres je pense mais ceux-ci sont les principaux:

  • Natrue
  • Cosmébio Cosmos Organic
  • Nature et Progrès

Ne vous faites pas avoir par du greenwashing!! Contrôlez les étiquettes de vos cosmétiques.

Cosmétiques Naturels ou Cosmétiques Bio?

Cosmétiques Naturels ou Cosmétiques Bio?

Le monde de la cosmétique est parfois difficile à comprendre, les labels et le greenwashing rends la tâche encore plus compliquée.

Le greenwashing est le terme utilisé pour l’industrie cosmétique conventionnelle qui essaye de nous faire croire que leurs produits sont naturels alors qu’ils ne le sont pas. Par exemple, des soins capillaires à l’huile d’avocat alors qu’il y a un minuscule pourcentage d’huile d’avocat qui est probablement filtrée et très probablement pas bio. L’huile d’avocat est alors « noyée » dans d’autres ingrédients synthétiques douteux.

Et pour paraître encore plus naturel ils mettent une étiquette verte nature avec une photo d’un avocat…. tromperie…

Alors comment s’y retrouver?

En effet, pas évident mais je vais vous donner quelques pistes pour vous orienter. La première chose à faire est de ne pas choisir les cosmétiques conventionnels. Ensuite vient deux grandes distinctions la cosmétique Bio et la cosmétique Naturelle.

Que choisir pour votre peau? Cosmétiques Naturels ou Bio

Quelle est la différence entre les deux?

La Cosmétique Naturelle

C’est un « titre » vague parce que la cosmétique naturelle peut englober des cosmétiques avec des ingrédients d’origine naturelle ou avec un pourcentage d’ingrédients naturels. Il n’y a pas de « certification » naturelle. Par contre 100% Naturel devrait donner une bonne indication. Ensuite quelle est la qualité des ingrédients? Il n’est pas spécifié Bio donc ils peuvent être naturels mais pas Bio ce qui peut être problématique.

La Cosmétique Bio

Il y a énormément de différentes certification Bio selon les pays et selon les critères imposés pour l’obtenir. Il y a ensuite un coût considérable pour obtenir les différentes certifications.

Il y a différents labels mais il y a une légère amélioration depuis cette année (2017) avec un label qui regroupe les labels européens.

Il s’appelle Cosmos Organic (pour Cosmetic Organic Standard ):

5 membres fondateurs, à savoir Cosmebio et Ecocert en France, BDIH -Allemagne, ICEA -Italie, Soil Association -Royaume-Uni, ont créé ce label, qui devient désormais obligatoire au 1er janvier 2017 pour tout nouveau cosmétique bio (dont le producteur est adhérent et/ou certifié par l’une des 5 organisations).

Une formulation avec mention Cosmos Organic contiendra:

  • 95 à 100% d’ingrédients naturels (comme auparavant, sous le label Cosmebio),

  • 95 à 100% d’ingrédients bio sur les ingrédients végétaux (comme auparavant),

  • Maximum de 5% d’ingrédients approuvés dans une liste restrictive (comme auparavant).

  • S’y ajoutent deux nouveaux critères: 

    – La teneur en ingrédients bio sur le total des ingrédients (avec l’eau) augmente, passant de 10 à 20%,

    – La biodégradabilité: seuls les ingrédients biodégradables sont acceptés.

 

95% d’ingrédients naturels…. ensuite 5% d’ingrédients autorisés par le label.

La liste d’ingrédients autorisés est limités ce qui est très bien et malgré la présence d’ingrédients synthétiques ils ne sont pas connus pour être cancérigènes, perturbateurs endocriniens etc..

La label couvre également les flacons, le laboratoire, l’étiquetage etc.. il apporte donc un élément supplémentaire pour assurer la qualité des cosmétiques. Ce qui me dérange plus ce sont certains procédés qui sont autorisés comme l’hydrogénation des huiles.

Pour avoir plus de détails sur le label voici un lien qui donne tous les éléments de la certification: Cosmos Standard

Il y a également d’autres labels comme:

  • Demeter
  • Bio Inspecta (suisse)
  • Nature et Progrès (C’est une mention, pas un label)
  • Natrue

Ils ont tous différents critères de certification Bio

Pour la conservation de certains produits des conservateurs synthétiques sont parfois nécessaires. Vaut mieux un cosmétique exempt de bactéries ou de prolifération de champignons avec un ingrédient synthétique autorisé par Ecocert qu’un cosmétique naturel qui va empirer la peau avec des proliférations bactérienne et des moisissures.

Alors que choisir?

Choisissez les produits Bio Naturels avec un pourcentage d’ingrédients naturels le plus élevé.

Bien sur si vous voulez aucun conservateur, émulsifiant choisissez les huiles végétales Bio. Vous avez la certitude que votre produit est 100% Naturel et Bio.

Tous nos produits sont 100% Bio ils n’ont pas la certification Bio pour le moment (en 2017) parce qu’elle est très cher mais c’est un objectif pour l’avenir. Vous pouvez nous demander les certifications de toutes nos matières premières nous n’avons rien à cacher.

Découvrez tous nos produits dans notre boutique: www.moncosmetics.ch

Cosmétiques 100% Naturels Suisse

 

Les huiles au supermarché sont aussi Bio, quelle est la différence?

Les huiles au supermarché sont aussi Bio, quelle est la différence?

Sur les différents forums je vois souvent que les conseils sont d’aller acheter les huiles dans tel ou tel magasin parce que ce sont aussi des huiles bio et beaucoup moins cher.

Il y a plusieurs années j’aurai pensé exactement la même chose, mais ce que j’aimerais vous transmettre ce sont les connaissances que j’ai aquis durant les dernières années.

Le rôle des huiles végétales

Le rôle d’une huile végétale est d’apporter à la peau les bienfaits qui se trouvent principalement dans les insaponifiables et les acides gras. Ces insaponifiables contiennent les Vitamines, Phytostérols, Carotène, anti-oxydants (vit E) etc..

Dans les huiles il y a également les différentes chaines de carbones qui créent les acides gras, entre les différentes huiles il y a plus de 500 différents acides gras dont les principaux (Oméga 3, 6 et 9)

Parfois on parle des huiles végétales comme transporteuses d’huiles essentielles ce qui est bien dommage parce que les huiles végétales sont beaucoup plus que des « porteuses » elles sont extrêmement riche en vertus. Associées à des huiles essentielles elles forment une excellente synergie de bienfaits.

Les huiles végétales du supermarché

  • Un choix limité
  • Stockée sur des étagères
  • A la lumière
  • Parfois dans des bouteilles en plastique
  • Pas de certification cosmétique
  • Souvent raffinée
  • Pas de contrôle sur les conditions de stockage avant la mise sur les étagères

Les huiles que nous vendons:

  • Plus de 17 huiles végétales
  • Les certificats d’analyse des huiles peuvent être fournies
  • Stockée au frais
  • Dans des flacons en verre anti UV
  • Certification pour l’usage en cosmétique
  • Non raffinée sauf si spécifié
  • Contrôle de la chaîne de production et de stockage avant d’arriver chez nous
  • Conseils adaptés sur les vertus des différentes huiles

La raison pour laquelle je mentionne notre boutique c’est que je ne connais pas les conditions des stockages etc d’autres boutiques cosmétiques mais que dans notre cas vous avez la certitude que les huiles qui viennent de chez nous ont été choisi selon des critères très stricts par rapport à leur qualité organoleptique et les méthodes de récolte et de conservation.

Pourquoi est-ce que c’est si important de les stocker à l’abris de la lumière et de la chaleur?

Au contraire des huiles essentielles qui ont une bonne durée de vie les huiles végétales ont des durées de vie variable allant d’une année à 5 ans. Par contre si les méthodes de conservation ne sont pas respectées la durée de conservation est fortement réduite.

Mais mon huile sent encore bon donc elle n’est pas rance?

En effet, elle n’est pas rance par contre elle aura déjà perdu énormément de ses propriétés.

Prenons comme exemple les fruits et légumes. Si vous les achetez au marché ou directement de l’agriculteur les fruits seront plus frais que si vous les achetez au supermarché ou la chaîne de distribution est plus longue.

Arrivés à la maison vous les mettez au frigo pour prolonger leur durée de vie mais à chaque jour qui passe les fruits et les légumes perdent de leur vitamines et ce bien avant que vous ne remarquez la différence. Ensuite ils deviennent un peu flétries mais pas pourries à ce moment il n’y a pratiquement plus aucune valeur nutritive et ensuite elles pourissent.

Donc une huile rance est comme un fruit ou légume pourri. Ce qui ce passe chez une huile est très similaire dans le sens qu’elle perd les bienfaits mais il y a aussi une oxydation qui se produit et des radicaux libres se développent.

Si vous appliquez une huile oxydée non seulement il n’y a plus de bienfaits mais vous appliquez sur votre peau ces fameux radicaux libres que vous voulez justement combattre grâce aux propriétés anti-oxydantes des huiles.

Une huile filtrée c’est quoi?

Une huile filtrée c’est un huile qui a passé un processus mécanique ou chimique (huiles non Bio) pour enlever une grande partie des insaponifiables. On se retrouve alors avec une huile d’avocat qui est transparente ou une huile de Rose Musquée transparentes et sans aucune odeur. Le problème c’est que sur les étiquettes cosmétiques par exemple il n’y aucun moyen de savoir si elles ont été filtrés. Dans 90% des cas des cosmétiques conventionnels les huiles sont filtrées pour ne pas interférer dans la couleur, l’odeur, la durée de conservation et la reproductibilité de cosmétiques 100% identiques d’un lot à l’autre.

En conclusion

Un huile qui est oxydée va empirer l’état de votre peau et non la soigner. Une huile filtrée perds beaucoup de leurs propriétés propre à chaque huile.

Acheter des huiles en supermarché est une fausse économie, assurez vous de leur traçabilité et de leur conservation pour bénéficier des bienfaits fabuleux des huiles végétales.

 

 

 

Beauté dans l’assiette

Beauté dans l’assiette

La peau est un organe à part entière. Dernier rempart entre le monde extérieur et nous, elle fait office de bouclier face aux microbes et autres possibles agressions mais elle est aussi un doux et soyeux tissu qui ressent le frémissement du vent et les douces caresses de nos proches, et permet d’échanger avec l’environnement.

De par sa complexité et ses incroyables capacités protectrices, elle est une partie de notre être qu’il faut choyer et entretenir avec soin. Des produits cosmétiques adaptés, naturels et doux pour la peau sont bien sûr indispensables à sa santé. Mais savez-vous que ce que nous mangeons peut influencer de manière significative l’aspect de notre peau?

La peau est une enveloppe constituée de 3 couches, l’épiderme en surface, le derme et l’hypoderme, couche la plus profonde. Elle renferme également des nerfs, des vaisseaux sanguins, des poils et des glandes. (pour en apprendre plus sur l’incroyable structure de la peau, lisez cet article  « L’anatomie de la peau » Ces 3 couches renferment, de manières différentes, des cellules produites à partir des macronutriments que sont les protéines, les lipides (graisses) et les glucides (sucres), aidés par les vitamines et oligoéléments. On comprend donc l’importance d’une alimentation équilibrée ,de manière à fournir à notre organisme de quoi renouveler, réparer et protéger notre peau.

Mais alors en pratique, que manger pour avoir une belle peau?

 

L’eau

Notre corps est composé à 70% d’eau. La peau aura pour fonction de préserver l’eau corporelle tout en permettant les échanges avec l’extérieur. La perspiration est la plus grande dépense d’eau puisque nous perdons quelques 500ml d’eau par jour malgré la couche protectrice de sébum, couche de « graisse » protectrice. Cette lente évaporation déshydrate la peau. Boire entre 1,5 et 2l d’eau par jour permet donc un « arrosage intérieur » très précieux.

 

Des lipides

Ayez le réflexe bonnes graisses! Pour aider votre peau à se protéger de l’intérieur, il ne faut pas faire l’impasse sur ces macronutriments indispensables. Les huiles végétales de qualité telles que l’huile de colza, de lin, de noix, d’olive vont permettre à l’épiderme de renouveler la couche de sébum. Et même plus, puisque chaque cellule a une membrane qui incorpore les acides gras que le corps met à sa disposition, en grande partie de l’alimentation.

Avec 2cs d’huile végétale par jour, une poignée d’oléagineux (noix, amandes, etc) et du poisson gras 2 fois par semaine, votre peau vous dira merci!

 

Végétaux

Enfin de précieux nutriments vont pouvoir être fournis par les fruits et légumes. Plus il y aura de couleurs, mieux ce sera pour l’organisme. Ces dernières sont données par des substances végétales secondaires, comme entre autres les polyphénols, bêta-carotène,etc. Ces substances vont prévenir l’oxydation (le vieillissement) naturel de nos cellules. Bien que notre corps produise des anti-oxydants (comme le coenzyme Q10), une alimentation riche en fruits et légumes lui permettra de rester jeune plus longtemps! Le règne végétal regorge d’anti-radicaux libres: les fruits à coque, les herbes aromatiques, les graines, les céréales complètes renferment un cocktail varié de vitamines, de phytonutriments et de fibres.

 

Une alimentation équilibrée

Toutes les familles d’aliments ont leur place dans notre assiette. Privilégiez les aliments non transformés industriellement et les plus complets possibles pour avoir le maximum de fibres, de vitamines et de micronutriments.

Bien entendu aucun aliment miracle ne va empêcher notre peau de changer et de voir apparaître les signes du temps qui passe. Mais l’alimentation peut permettre de profiter plus longtemps d’une peau en bonne santé. Si à cela on rajoute une activité physique régulière, du repos et pas de fumée, nul doute que c’est tout votre organisme qui va rajeunir!

Recettes

MILK SHAKE BANANE CACAO-COCO

1 banane
2 dattes séchées dénoyautées
30g de flocons d’avoine complets
350ml de boisson à l’amande
1 cs de cacao cru non sucré
1 cc de cannelle
1 cc de flocons de noix de coco

Mixez tous les ingrédients dans un blender et dégustez frais!

Avec ce smoothie vous ferez le plein de potassium et de magnésium mais aussi de glucides complexes et de fibres.

BROCHETTES DE LEGUMES ET SAUCE AVOCAT-CORIANDRE

Brochettes: soyez créatifs! Utilisez le plus de légumes colorés différents et consommez-les crus et frais si possible pour conserver le plus de vitamines

Sauce avocat-coriandre:

1 avocat
1 gousse d’ail
1cs de coriandre
1 yogurt nature ou grec ou géré maigre
1cc jus de citron vert
3cc huile d’olive
sel, poivre
Rajouter de l’eau selon la consistance souhaitée

Si vous voulez en savoir plus sur les liens entre l’alimentation et la peau, n’hésitez pas à me contacter!

Email: info@nutrition-conseil.ch

ISABELLE AZIZI Master en psychologie sociale, coach en nutrition diplômée, diplôme Nutrition du sport, diplôme Nutrition enfant et adolescent en surpoids www.nutrition-conseil.ch

 

Références:

  • Dr. Y. Adler, « Dans ma peau », Editions de Noyelles, 2017
  • Thioly- Bensoussan, C. de Goursac, « Les secrets de la dermonutrition », Editions Vuibert, 2009
  • Duval, « Le guide des aliments contre les idées reçues», Editions Cherche Midi, 2015