M&O Naturel et les certifications Bio?

M&O Naturel et les certifications Bio?

Les certifications Bio vous savez les repérer et vous vous fiez à ce logo pour choisir vos produits mais vous ne les trouvez pas sur nos flacons. Dans notre article je vous propose de découvrir pourquoi.

Les certifications Bio sont d’excellents moyens de différentier les produits issus de la cosmétique conventionnelle des cosmétiques plus naturels avec de meilleures compositions. Je dis meilleures c’est parce qu’à mes yeux la certification Bio n’est pas des plus strictes.

Voici la certification Bio la plus répandue et la plus stricte parmis les certifications Bio.

La certification Cosmos Organic

Résultat de recherche d'images pour "cosmos organic"

Une formulation cosmétique COSMOS Organic doit impérativement contenir :

  • 95 à 100 % d’ingrédients naturels,
  • 95 à 100 % d’ingrédients bio sur les ingrédients végétaux,
  • et au maximum 5 % d’ingrédients approuvés dans une liste restrictive.

S’ajoutent à cela deux nouveaux critères. La teneur en ingrédients bio (sur le total des ingrédients, avec l’eau) augmente, passant de 10 à 20 %. De plus, désormais, seuls les ingrédients biodégradables sont acceptés.

Cette certification est un bon départ certes et limite déjà un bon nombre de d’ingrédients indésirables mais elle autorise quand même les ingrédients suivants:

  • Le Sodium Lauryl Sulfate
  • Huiles végétales estérifiées et hydrogénées
  • Les dérivés d’huile de palme

Le Sodium Lauryl Sulfate

Le sodium Lauryl sulfate ou SLS est un tensioactif extrêmement irritant pour la peau et c’est le même tensioactif que vous retrouverez pour les nettoyages industriels et j’en passe. Il a été démontré que cet ingrédient est irritant à des doses de 0,5% et pourtant dans certains gels douches vous le retrouverez à des doses de 20 voir 30%. L’industrie cosmétique favorise cet ingrédient parce qu’il donne une belle mousse et a une coût très faible.

Ce tensioactif est très décapant et perturbe l’équilibre de la peau en ôtant le film lipidique de la peau. Votre peau sera alors plus sèche, déshydratée et inconfortable.

L’impact environnemental, bien qu’il soit biodégradable il est souvent dérivé de l’huile de Palme, inutile d’aller plus en détail sur les problématiques de l’huile de Palme.

Les huiles végétales hydrogénées ou estérifiées

J’ai récemment écrit un article au sujet de ces huiles végétales transformées. Elles sont modifiés pour apporter une certaine texture au produit cosmétique fini et non pas pour les vertus merveilleuses des huiles.

Ces processus sont très souvent utilisés dans la cosmétique parce qu’elle stabilise une huile et lui donne un rendu proche du silicone.

Le processus d’hydrogénation:

  • Chauffée à 500 ou 1000 degrés sous plusieurs atmosphères de pression
  • Puis un catalyseur comme le Nickel, platine ou aluminium est ajouté
  • Quand ça bouillonne dans l’huile la structure moléculaire change et augmente la densité de l’huile
  • Elle devient semi-solide ou solide au lieu de liquide à température ambiante

 Les molécules de ce nouveau produit ressemblent plus à la cellulose ou au plastique qu’à de l’huile. L’huile hydrogénée est en fait à une molécule près du plastique.

Le processus d’estérification

Les huiles estérifiées sont bien d’origine naturelle mais elle sont une création de laboratoire dont la fabrication passe par la dissociation d’une huile végétale transformée via une réaction chimique dite d’estérification.

Les acides gras dissociés sont ensuite associés à de la glycérine ou à d’autres alcools (plus particulièrement des alcools gras ou des polyols comme le glycérol) naturels ou synthétiques, pour développer de nouvelles combinaisons aux propriétés différentes… Cette réaction se fait souvent à chaud et avec l’ajout de solvant synthétique. De ce fait, les vertus des huiles végétales de base disparaissent complètement dans les huiles estérifiées.

Les fabricants de cosmétiques les utilisent principalement en raison de leur :

  • faible coût, car souvent produites avec de l’huile de palme (ou de coco) de façon industrielle ;
  • facilité d’utilisation, puisqu’elles restent liquides même à température ambiante et peuvent être incorporées aux préparations sans besoin de chauffer ;
  • douceur et facilité d’étalement : plus fluides et pénétrantes que les huiles végétales, elles offrent un toucher digne de celui des silicones ainsi qu’un fini non gras supérieur.

Dérivés d’huile de Palme

Je pense que vous en savez assez sur la déforestation. Le forêts sont remplacées par des hectares de Palmeraies détruisant des millions d’espèces végétales et l’extinction des tigres de Sumatra et des orangs-outans. L’huile de Palme ne se trouve pas que dans l’alimentaire
24 % de la production mondiale d’huile de palme est utilisée par l’industrie cosmétique.

Vous ne trouverez jamais ces ingrédients dans les cosmétiques M&O Naturels et c’est pour ces raisons que nous ne voulons pas nous associer à cette certification.

Il existe également l’association Slow Cosmétique qui permet d’obtenir une mention et le label Nature et Progrès qui ne sont pas des certifications mais qui se rapprochent beaucoup plus de nos valeurs.

La mention Slow Cosmétique

4 piliers
L’association slow cosmétique

M&O Naturel voudrait opter pour cette mention mais pour l’instant si nos produits sont uniquement vendus en Suisse ceci n’est pas possible pour une question de marque déposée en Suisse. Par contre lorsque nous seront en vente en Europe nous pourrons y adhérer. Pour en savoir plus sur la charte slow cosmétique cliquez ici

Le label Nature et Progrès

Le label Nature et Progrès est exigeant et transparent sur le marché du Bio. Une collègue a écrit un excellent article sur ce label, je vous recommande d’y jeter un coup d’oeil ici.

Nous voulions y adhérer l’année passée mais le laboratoire qui fabriquait nos produits fabriquait d’autres marques qui n’étaient pas bio et ceci fait partie des exigences du label. Cette année nous ouvrons notre propre laboratoire et nous allons faire les démarches pour obtenir ce label.

Comme on dit en anglais, watch this space….!

Peut on être Bio sans certification Bio?

Oui et M&O Naturel est Bio. Nos produits sont également 100% naturels.
100% d’ingrédients naturels, soit bio, soit issus de cueillette durable, ou d’origine naturelle obtenus par transformation simple et non polluante. Je vous invite a vérifier les compositions de nos produits sur le site la vérité sur les cosmétiques et vous ne trouverez aucun ingrédients douteux. Que des smilies vert pour nous!

  • Packaging en verre
  • Huiles végétales Bio non transformées
  • Actifs 100% naturels
  • Pas d’huile de Palme
  • Réutilisation autant que possible des cartons et emballages lors des envois
  • Fabrication en petites quantités pour assurer la fraîcheur des ingrédients

Vous avez des questions à nous poser sur nos produits et la qualité des ingrédients? N’hésitez pas à nous contacter.

Cosmétique conventionnelle, Bio ou huileuse?

Cosmétique conventionnelle, Bio ou huileuse?

Il y a de quoi perdre la tête avec l’industrie cosmétique actuelle. Plus on essaye d’être informés sur quels cosmétiques choisir, plus l’industrie cosmétique conventionnelle essaye de nous piéger avec leur greenwashing... le nombre de produits que l’on voit avec sur le devant de l’étiquette à l’huile de Grenade, à l’huile d’avocat et j’en passe…. alors que le produit n’en contient qu’une infime proportion.

Aujourd’hui je vais vous montrer à l’aide de graphiques ce que l’on retrouve dans nos cosmétiques et quelles sont les différences.

La cosmétique Conventionnelle

Cosmétique Conventionnels

Les ingrédients sont en majorité d’origine synthétique, selon les marques ils ajouterons dans la partie actifs des huiles végétales qui auront pour la plupart été raffinées, elles auront alors perdus toutes leurs fabuleuses propriétés. Les marques de cosmétiques ne veulent pas de couleurs ou d’odeurs qui puissent altérer le visuel et olfactif de leur crème.

Tout cosmétique avec une base aqueuse (crème, lait, tonique, eau micellaire etc…) a besoin d’un conservateur. Les conservateurs synthétiques sont les plus efficaces pour pouvoir conserver les produits pour environ 3 ans voir plus. Il en faut parfois plusieurs pour être efficaces autant sur les bactéries que sur les champignons. Mais ces conservateurs ne distinguent pas entre les bactéries de la flore bactérienne naturelle de votre peau et les bactéries qui pourraient coloniser votre crème. Ils perturbent alors la flore bactérienne normale de la peau et peut créer un déséquilibre et ont potentiellement des répercussion sur les hormones ou cancérigènes.

La cosmétique Bio

La cosmétique Bio

Nous avons une composition qui est meilleure, en effet les silicones et certains ingrédients synthétiques ne sont pas autorisés. Il y a toutefois certains conservateurs synthétiques qui peuvent être utilisés. Tout cosmétique qui contient de l’eau ou une phase aqueuse doit avoir une conservateur!

Les émulsifiants peuvent également être des dérivés d’huile de palme. Voir notre article sur les certifications bio

L’Oléo-cosmétique

L’Oléo-cosmétique ou cosmétique huileuse est uniquement à base d’huiles végétales, il n’y a pas de phase aqueuse ce qui permet de ne pas avoir à utiliser de conservateurs ou d’émulsifiants.

cosmétique huileuse

Les huiles végétales ne sont pas modifiées, elles gardent tous leurs actifs et propriétés.

Pour des baumes vous pouvez y ajouter de la cire d’abeille ou des cires végétales.

En conclusion

Si vous comparez les « actifs » présents dans les différents cosmétiques on se rends vite compte qu’ils sont en plus grande proportion dans la cosmétique huileuse.

Selon les marques de crèmes bio qui utilisent des hydrolats par exemple qui contiennent des principes actifs au lieu de l’eau vous pouvez également trouver de nombreux actifs. Il y a malheureusement toujours le problème du conservateur.

Ne vous laissez pas avoir par le marketing qui vante tel ou tel actifs, pensez que la majorité de votre produit cosmétique conventionnel est du remplissage! Dans la cosmétique Bio optez pour des marques indépendantes qui vont choisir les ingrédients pour leurs bienfaits sur la peau plutôt que les grands groupes qui ont plus tendance à choisir les ingrédients pour augmenter leurs marges financières avec quelques actifs en guise de déco!

Attention à la nouvelle norme « BIO », une tromperie du consommateur!

Attention à la nouvelle norme « BIO », une tromperie du consommateur!

Norme ISO 16128

Retenez bien ce nom: ISO 16128. Cette nouvelle norme internationale concernant les produits naturels ou bio est au cœur d’une polémique grandissante qui agite le secteur cosmétique. « Suite à sa publication, des produits contenant des ingrédients chimiques et polluants pourront légalement se revendiquer bio » dénonce un collectif composé d’associations et de professionnels du bio , à savoir Générations Cobayes, Générations Futures, WECF, les Naturalistas et Cosmébio qui représente 450 marques. « Une tromperie pour les consommateurs » s’inquiète ce collectif dans un communiqué alors même que la Fébéa, la fédération des entreprises de beauté, a choisi le même moment pour indiquer se réjouir « que les acteurs internationaux de la cosmétique parlent désormais tous le même langage. »

« Ce n’est pas l’idée d’une norme internationale qui pose un problème, c’est le manque de clarté » précise Pierre Charlier de Chily, administrateur et secrétaire de l’association COSMOS AISBL, le label européen regroupant notamment les français Cosmébio et Ecocert, l’allemand BDIH ou encore le britannique Soil Association. Pierre Charlier de Chily était le représentant COSMOS, sans droit de vote, dans le groupe de travail sur la norme ISO.

Une première partie de cette norme publiée en 2016 définissait quatre types d’ingrédients: les ingrédients biologiques, les dérivés biologiques, les naturels et dérivés naturels. Et déjà là, les désaccords étaient nombreux. « Si un ingrédient est composé d’une partie naturelle à 51% et d’une partie pétrochimique à 49%, peut-on vraiment dire qu’il est dérivé naturel? » s’interroge Pierre Charlier de Chily. Les dérivés naturels sont en effet issus de réactions chimiques à partir de matières premières et dans la norme ISO, les ingrédients dérivés du naturel peuvent contenir jusqu’à 49% de matières premières issues de la pétrochimie selon Pierre Charlier.

Pas de liste noire des ingrédients

La deuxième partie de cette norme vient d’être publiée et ne pose pas moins de problème selon ce même collectif. Il s’agit ici de la méthode de calcul pour déterminer la contribution de chaque type d’ingrédients dans le produit final et ainsi la part naturelle ou biologique dans le cosmétique que tout un chacun peut acheter. Un mode de calcul mais aucun seuil n’est fixé pour savoir à partir de quand on peut parler de cosmétique naturel ou de cosmétique bio, contrairement aux cahiers des charges établis depuis de nombreuses années par les labels.

Autre grief: l’absence de liste noire qui interdirait l’utilisation de certains ingrédients dans le cosmétique. La norme ISO tolérerait donc « la présence de composants controversés dans les formulations, comme le phénoxyéthanol, les parabènes, les silicones ou les dérivés d’animaux morts. » De quoi ouvrir « la boîte de Pandore » selon Romain Ruth, le président de Cosmébio, qui craint aussi le flou qu’engendrerait la norme auprès du consommateur et la « créativité marketing » des entreprises.

Mais pour Anne Dux, directrice des Affaires scientifiques et réglementaires et chargée des relations européennes de la FEBEA, les responsables « des labels génèrent une fausse inquiétude ». « Ils sont inquiets à propos des allégations mais la norme ne s’occupe pas du tout de cette question » assure-t-elle en rappelant que la norme « ne dit pas si un produit est biologique ou non » mais seulement quelle est sa part naturelle ou biologique.

Ne vous faites pas avoir par la nouvelle norme ISO

Appel à la vigilance

Et de rappeler qu’en France, l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité donne la définition d’un cosmétique naturel et d’un cosmétique biologique.

Le premier est qualifié comme tel « si le produit fini contient un minimum de 95% d’ingrédients définis comme naturels ou d’origine naturelle ».

Le deuxième doit remplir une de ces trois conditions: contenir « 100% d’ingrédients certifiés issus de l’agriculture biologique », avoir été « certifié biologique par un organisme certificateur » ou avoir été élaboré « selon un cahier des charges publié, ayant un niveau d’exigence, en termes de composition et de teneur en ingrédients certifiés issus de l’agriculture biologique, équivalent au(x) niveau(x) d’exigence requis par les organismes certificateurs ».

Une définition qui n’est pas une réglementation selon Valérie Lemaire, directrice générale d’Ecocert Greenlife, Ecocert étant un organisme de certification s’occupant notamment de produits cosmétiques bio. « La norme n’est qu’un indice. On pourrait mettre tout ce qu’on veut dans un cosmétique, avec seulement X pourcents d’ingrédients bio et indiquer sur l’étiquette ‘je respecte la norme ISO 16128 sur les produits naturels et bio' » craint-elle, même si ce n’est pour l’heure que pure  conjecture.

A tel point qu’Ecocert a sollicité en juin la direction des fraudes (DGCCRF) pour connaître son interprétation de la norme. Et attend encore une réponse. Autre crainte: la manière dont sera utilisée cette norme à l’international.

Tout va donc dépendre de la manière dont cette norme sera exploitée par les entreprises. Et cela reste à l’heure actuelle la grande inconnue. D’où cet appel à la vigilance du collectif. Et pour les consommateurs? Si les adeptes des labels bio ne changeront sûrement pas leurs habitudes, pas sûr que la norme ISO facilite vraiment la lisibilité des étiquettes pour les autres…

Article de Valérie Xandry de www.challenges.fr

Les labels dont vous pouvez avoir confiance sont, il y en a d’autres je pense mais ceux-ci sont les principaux:

  • Natrue
  • Cosmébio Cosmos Organic
  • Nature et Progrès

Ne vous faites pas avoir par du greenwashing!! Contrôlez les étiquettes de vos cosmétiques.

Cosmétiques Naturels ou Cosmétiques Bio?

Cosmétiques Naturels ou Cosmétiques Bio?

Le monde de la cosmétique est parfois difficile à comprendre, les labels et le greenwashing rends la tâche encore plus compliquée.

Le greenwashing est le terme utilisé pour l’industrie cosmétique conventionnelle qui essaye de nous faire croire que leurs produits sont naturels alors qu’ils ne le sont pas. Par exemple, des soins capillaires à l’huile d’avocat alors qu’il y a un minuscule pourcentage d’huile d’avocat qui est probablement filtrée et très probablement pas bio. L’huile d’avocat est alors « noyée » dans d’autres ingrédients synthétiques douteux.

Et pour paraître encore plus naturel ils mettent une étiquette verte nature avec une photo d’un avocat…. tromperie…

Alors comment s’y retrouver?

En effet, pas évident mais je vais vous donner quelques pistes pour vous orienter. La première chose à faire est de ne pas choisir les cosmétiques conventionnels. Ensuite vient deux grandes distinctions la cosmétique Bio et la cosmétique Naturelle.

Que choisir pour votre peau? Cosmétiques Naturels ou Bio

Quelle est la différence entre les deux?

La Cosmétique Naturelle

C’est un « titre » vague parce que la cosmétique naturelle peut englober des cosmétiques avec des ingrédients d’origine naturelle ou avec un pourcentage d’ingrédients naturels. Il n’y a pas de « certification » naturelle. Par contre 100% Naturel devrait donner une bonne indication. Ensuite quelle est la qualité des ingrédients? Il n’est pas spécifié Bio donc ils peuvent être naturels mais pas Bio ce qui peut être problématique.

La Cosmétique Bio

Il y a énormément de différentes certification Bio selon les pays et selon les critères imposés pour l’obtenir. Il y a ensuite un coût considérable pour obtenir les différentes certifications.

Il y a différents labels mais il y a une légère amélioration depuis cette année (2017) avec un label qui regroupe les labels européens.

Il s’appelle Cosmos Organic (pour Cosmetic Organic Standard ):

5 membres fondateurs, à savoir Cosmebio et Ecocert en France, BDIH -Allemagne, ICEA -Italie, Soil Association -Royaume-Uni, ont créé ce label, qui devient désormais obligatoire au 1er janvier 2017 pour tout nouveau cosmétique bio (dont le producteur est adhérent et/ou certifié par l’une des 5 organisations).

Une formulation avec mention Cosmos Organic contiendra:

  • 95 à 100% d’ingrédients naturels (comme auparavant, sous le label Cosmebio),

  • 95 à 100% d’ingrédients bio sur les ingrédients végétaux (comme auparavant),

  • Maximum de 5% d’ingrédients approuvés dans une liste restrictive (comme auparavant).

  • S’y ajoutent deux nouveaux critères: 

    – La teneur en ingrédients bio sur le total des ingrédients (avec l’eau) augmente, passant de 10 à 20%,

    – La biodégradabilité: seuls les ingrédients biodégradables sont acceptés.

 

95% d’ingrédients naturels…. ensuite 5% d’ingrédients autorisés par le label.

La liste d’ingrédients autorisés est limités ce qui est très bien et malgré la présence d’ingrédients synthétiques ils ne sont pas connus pour être cancérigènes, perturbateurs endocriniens etc..

La label couvre également les flacons, le laboratoire, l’étiquetage etc.. il apporte donc un élément supplémentaire pour assurer la qualité des cosmétiques. Ce qui me dérange plus ce sont certains procédés qui sont autorisés comme l’hydrogénation des huiles.

Pour avoir plus de détails sur le label voici un lien qui donne tous les éléments de la certification: Cosmos Standard

Il y a également d’autres labels comme:

  • Demeter
  • Bio Inspecta (suisse)
  • Nature et Progrès (C’est une mention, pas un label)
  • Natrue

Ils ont tous différents critères de certification Bio

Pour la conservation de certains produits des conservateurs synthétiques sont parfois nécessaires. Vaut mieux un cosmétique exempt de bactéries ou de prolifération de champignons avec un ingrédient synthétique autorisé par Ecocert qu’un cosmétique naturel qui va empirer la peau avec des proliférations bactérienne et des moisissures.

Alors que choisir?

Choisissez les produits Bio Naturels avec un pourcentage d’ingrédients naturels le plus élevé.

Bien sur si vous voulez aucun conservateur, émulsifiant choisissez les huiles végétales Bio. Vous avez la certitude que votre produit est 100% Naturel et Bio.

Tous nos produits sont 100% Bio ils n’ont pas la certification Bio pour le moment (en 2017) parce qu’elle est très cher mais c’est un objectif pour l’avenir. Vous pouvez nous demander les certifications de toutes nos matières premières nous n’avons rien à cacher.

Découvrez tous nos produits dans notre boutique: www.moncosmetics.ch

Cosmétiques 100% Naturels Suisse

 

Les huiles au supermarché sont aussi Bio, quelle est la différence?

Les huiles au supermarché sont aussi Bio, quelle est la différence?

Sur les différents forums je vois souvent que les conseils sont d’aller acheter les huiles dans tel ou tel magasin parce que ce sont aussi des huiles bio et beaucoup moins cher.

Il y a plusieurs années j’aurai pensé exactement la même chose, mais ce que j’aimerais vous transmettre ce sont les connaissances que j’ai aquis durant les dernières années.

Le rôle des huiles végétales

Le rôle d’une huile végétale est d’apporter à la peau les bienfaits qui se trouvent principalement dans les insaponifiables et les acides gras. Ces insaponifiables contiennent les Vitamines, Phytostérols, Carotène, anti-oxydants (vit E) etc..

Dans les huiles il y a également les différentes chaines de carbones qui créent les acides gras, entre les différentes huiles il y a plus de 500 différents acides gras dont les principaux (Oméga 3, 6 et 9)

Parfois on parle des huiles végétales comme transporteuses d’huiles essentielles ce qui est bien dommage parce que les huiles végétales sont beaucoup plus que des « porteuses » elles sont extrêmement riche en vertus. Associées à des huiles essentielles elles forment une excellente synergie de bienfaits.

Les huiles végétales du supermarché

  • Un choix limité
  • Stockée sur des étagères
  • A la lumière
  • Parfois dans des bouteilles en plastique
  • Pas de certification cosmétique
  • Souvent raffinée
  • Pas de contrôle sur les conditions de stockage avant la mise sur les étagères

Les huiles que nous vendons:

  • Plus de 17 huiles végétales
  • Les certificats d’analyse des huiles peuvent être fournies
  • Stockée au frais
  • Dans des flacons en verre anti UV
  • Certification pour l’usage en cosmétique
  • Non raffinée sauf si spécifié
  • Contrôle de la chaîne de production et de stockage avant d’arriver chez nous
  • Conseils adaptés sur les vertus des différentes huiles

La raison pour laquelle je mentionne notre boutique c’est que je ne connais pas les conditions des stockages etc d’autres boutiques cosmétiques mais que dans notre cas vous avez la certitude que les huiles qui viennent de chez nous ont été choisi selon des critères très stricts par rapport à leur qualité organoleptique et les méthodes de récolte et de conservation.

Pourquoi est-ce que c’est si important de les stocker à l’abris de la lumière et de la chaleur?

Au contraire des huiles essentielles qui ont une bonne durée de vie les huiles végétales ont des durées de vie variable allant d’une année à 5 ans. Par contre si les méthodes de conservation ne sont pas respectées la durée de conservation est fortement réduite.

Mais mon huile sent encore bon donc elle n’est pas rance?

En effet, elle n’est pas rance par contre elle aura déjà perdu énormément de ses propriétés.

Prenons comme exemple les fruits et légumes. Si vous les achetez au marché ou directement de l’agriculteur les fruits seront plus frais que si vous les achetez au supermarché ou la chaîne de distribution est plus longue.

Arrivés à la maison vous les mettez au frigo pour prolonger leur durée de vie mais à chaque jour qui passe les fruits et les légumes perdent de leur vitamines et ce bien avant que vous ne remarquez la différence. Ensuite ils deviennent un peu flétries mais pas pourries à ce moment il n’y a pratiquement plus aucune valeur nutritive et ensuite elles pourissent.

Donc une huile rance est comme un fruit ou légume pourri. Ce qui ce passe chez une huile est très similaire dans le sens qu’elle perd les bienfaits mais il y a aussi une oxydation qui se produit et des radicaux libres se développent.

Si vous appliquez une huile oxydée non seulement il n’y a plus de bienfaits mais vous appliquez sur votre peau ces fameux radicaux libres que vous voulez justement combattre grâce aux propriétés anti-oxydantes des huiles.

Une huile filtrée c’est quoi?

Une huile filtrée c’est un huile qui a passé un processus mécanique ou chimique (huiles non Bio) pour enlever une grande partie des insaponifiables. On se retrouve alors avec une huile d’avocat qui est transparente ou une huile de Rose Musquée transparentes et sans aucune odeur. Le problème c’est que sur les étiquettes cosmétiques par exemple il n’y aucun moyen de savoir si elles ont été filtrés. Dans 90% des cas des cosmétiques conventionnels les huiles sont filtrées pour ne pas interférer dans la couleur, l’odeur, la durée de conservation et la reproductibilité de cosmétiques 100% identiques d’un lot à l’autre.

En conclusion

Un huile qui est oxydée va empirer l’état de votre peau et non la soigner. Une huile filtrée perds beaucoup de leurs propriétés propre à chaque huile.

Acheter des huiles en supermarché est une fausse économie, assurez vous de leur traçabilité et de leur conservation pour bénéficier des bienfaits fabuleux des huiles végétales.